• Fay était âgée de 48 ans quand je la vis pour la première fois, au premier stade de la ménopause. Elle avait d'insupportable accès de transpiration, accompagnés de bouffées de chaleur, à tel point qu'elle avait l'habitude de sortir dans le jardin la nuit, en chemise de nuit , et de marcher pieds nus dans l'herbe humide pour se rafraîchir. Son médecin généraliste lui avait prescrit une thérapie HRT (hormones de substitution) qu'elle avait suivie pendant deux mois. Mais elle supportait mal les comprimés de HRT qui augmentaient sa tension artérielle et provoquaient de l'œdème. "Elle était venue me demander de lui trouver un moyen naturel pour alléger ses symptômes. Or, j'observais qu'elle présentait un excès de poids et que la peau était comme huileuse. Après avoir étudié son métabolisme interne par des méthodes de réflexologie, j'ai découvert qu'elle souffrait d'une insuffisance d'évacuation au niveau de l'intestin et des reins. Son état général était bon, mais son organisme semblait encrassé ; de là sa fatigue et son apathie. Je conseillais à Fay de supprimer le thé et le café et de boire deux litres d'eau pure par jour et quatre tasses de tisanes de pissenlit pour nettoyer ses reins et purifier son sang et son foie, et aussi hydrater sa peau. Ensuite, je lui recommandaisde prendre du jus d'Aloe vera, à raison de 50 millilitres trois fois par jour, de la poudre d'orme (une cuillerée à café trois fois par jour, mélangée à une demie banane), et de prendre également de l'acidophilus et du bifidus pour augmenter la quantité de bactéries utiles pour son système digestif. Elle avait à suivre ce régime de trois à dix jours, en ne mangeant rien d'autres que trois petites portions de riz bouilli. Il s'agissait pour elle d'aboutir à trois mouvement intestinaux par jour avant de revenir, très lentement, à un régime normal de personne bien portante dans un délai de l'ordre de trois semaines environ. A sa première visite, j'avais pratiqué un massage complet avec des huiles essentielles pures de sauge sclarée, géranium, citron et sauge. Je lui avais prescrit une lotion préparée avec ses mêmes huiles, à appliquer tous les matins sur son ventre et son dos, et un mélange de ces huiles à mettre dans son bain le soir. Une semaine plus tard, quand elle vint me revoir, elle me dit avoir souffert toute la semaine de violents maux de tête. En fait , il s'agissait d'une réaction normale de son organisme soumis à une cure de désintoxification. Nous avons continué, et au cours de la quatrième semaine, elle se sentit beaucoup mieux. Elle avait abandonné le traitement HRT (de son initiative personnelle) pendant 3 semaines et n'avait ressenti qu'une seules légère bouffée de chaleur. Elle a persévéré dans son traitement et les progrès ont été satisfaisants. J'ai appliqué le même traitement à six autres clientes, avec chaque fois des résultats remarquables."

    Source : Extrait du livre d'Alasdair Barcroft, Aloe Vera remède naturel de légende.

     


    J'ai reçu plusieurs patientes ayant les mêmes symptômes, je leur ai donné aussi de l'aloe vera à boire , à raison de 5 cuillères à soupe , 3 fois par jour, avec du Gin Chia (chia doré et ginseng), et une alimentation légère et équilibrée. Mes patientes on commencé à avoir des résultats dès la première semaine. Les bouffées de chaleur se sont estompées au bout de quelques jours, ainsi que la fatigue.

    3 commentaires
  • Peter Atherton a été praticien généraliste durant 20 ans, puis il s'est entièrement consacré à la recherche, principalement à l'université d'Oxford, sur les effets thérapeutiques de l'Aloe  Vera. Il est également consultant pour FLP Angleterre, et a écrit de nombreux ouvrages sur l'Aloès.

     

    "Je voudrais vous parler de ma première expérience avec l'Aloe Vera, il y a dix ans, celle  qui m'a permis de croire dans les vertus de cette plante.

    J'ai la chance d'avoir une femme qui est passionnée de cuisine. Pour cela, nous nous sommes équipés d'une cuisinière de type semi-professionnel. La porte du four de cette cuisinière est particulièrement épaisse, et lorsque vous l'ouvrez, la partie interne est extrêmement chaude.

    A cause de cela, la société qui distribue cette cuisinière fournit des gants de protection thermique qui ont  de très long manchons pour protéger tout l'avant-bras. Malheureusement,  à la maison, ces gants ne sont jamais là où il le faudrait, alors ma femme  utilise ce qu'elle se trouve sous la main, et rentre son bras dans le four, sans véritable protection, et très souvent elle se brûle le dos de la main, à tel point qu'à présent, sa main est couverte de brûlures. J'aurais dû vous l'amener pour vous les montrer, vous auriez vu comme c'est impressionnant. Or,  partout dans le monde, l'Aloe Vera est appelée la plante des brûlures. Alors j'ai acheté de l'Aloe First, c'est le spray des premiers secours, et j'ai dit à ma femme : "la prochaine fois que tu te brûles, ne mets pas ta main sous l'eau froide, mais mets-y plutôt du First".  Elle a accepté, même si elle est d'un naturel plutôt réticent pour les nouvelles expériences. Et puis, j'ai attendu la prochaine brûlure.

    J'ai eu beaucoup de chance, j'ai entendu un cri, je savais ce que ça voulait dire, alors j'ai couru avec mon vaporisateur à la main, j'ai enlevé sa main d'en dessous de l'eau et j'ai dit  : "non, non…", et j'ai pulvérisé du First sur sa brûlure. Elle m'a dit : "Dis -moi ce qui se passe, c'est incroyable". Je lui ai demandé : "qu'est ce qui est incroyable?", elle m'a répondu : "c'est parti instantanément". Alors, j'ai remis du First sur sa brûlure et après le dîner, j'y ai mis de la Gelée, puis 3 fois par jour, et j'ai observé les résultats. Et qu'est ce qui s'est passé ? La cicatrice s'est refermée très rapidement, en un tiers du temps par rapport à d'habitude, et cela sans douleur, ce qui nous a impressionné.

    Depuis, elle ne prend toujours pas de gants spéciaux de protection pour sortir les plats du four, alors elle se brûle, et ensuite elle met de l'Aloe Vera… (applaudissements)

     

    Cette expérience m'a permis de croire en l'Aloès, j'ai pu vérifier que ça n'était pas quelque chose de "magique", mais bien une plante médicinale.

    Je vais vous présenter une série de diapositives, vous montrant les différents composants de l'Aloe Vera que certains d'entre vous connaissent peut-être déjà, et leurs applications chimiques.

    Vous verrez certaines applications cliniques du véritable Aloe Vera, l'Aloe Barbadensis Miller, cette plante qui apporte tant. Il y a 350 espèces d'Aloès dans le monde, mais seulement 5 ont des qualités médicinales.

     

    Pourquoi cette plante apporte-t-elle autant de bienfaits ?

     

    C'est une plante qui peut retenir l'eau pendant plusieurs mois durant, elle a besoin de cette propriété, car elle vit dans des endroits où il ne pleut que très peu, mais où le sol est riche en minéraux, et elle a peu  d'ennemis. Elle se reproduit de deux façon : une façon sexuée et une façon asexuée, en créant d'autres plantes au niveau de ses racines. De nouvelles plantes qui naîtront à partir de la plante mère.

     

    Si on effectue une coupe transversale de la feuille  de l'Aloe Vera, on distingue, l'écorce, puis la sève et enfin le mucilage.

    La sève est reconnue par les médecins pour ses qualités laxatives qui évacuent les parasites intestinaux. Cette sève est très amère, les femmes de l'ancienne Egypte en mettaient sur le bout de leur seins lorsqu'elles voulaient sevrer leur bébé. Le petit prenait le sein et de suite  recrachait la substance amère. Après cela, il ne rechignait plus à passer à l'alimentation solide (rires).

     

     Sous cette couche de sève se trouve le mucilage qui contient des polysaccharides et en dessous, vous avez le gel qui est le réservoir d'eau de la plante, avec des vitamines et des minéraux (Peter  Atherton montre une diapositive présentant des images des phases d'extraction des différentes parties de la plante). Voici le gel qui goutte avec le mucilage, on vous le laisse goûter tel quel lorsque vous allez aux Etats-Unis.

     

    Maintenant, voyons ce qui se trouve dans 1,5 % des ingrédients contenus dans la plante, voici  les principaux  :  acides aminés, 19 des 20 dont le corps à besoin, des vitamines A, C et E, des vitamines anti-oxydantes.  Il n'y a pas de vitamine D. Elle riche en minéraux : sodium, potassium, zinc, fer, chrome … pas de sélénium. Il y a également  deux espèces d'enzymes, digestifs et anti-inflammatoires : acides salicylique, comme l'aspirine, et le lignite, substance très importante pour nos produits utilisés en applications  externes, car ce qui permet à l'aloès de pénétrer en profondeur dans la peau, et la saponite qui tue les microbes, et les stérols végétales qui sont des substances anti-inflammatoires. Voilà un cocktail de substances qui travaillent en équipe. Et cette synergie qui se produit permet d'obtenir des effets supérieurs à ceux que chaque élément pourrait offrir séparément. Voilà le pouvoir de l'aloès. L'équipe fonctionne toujours beaucoup mieux que la somme d'individus pris séparément.

     


    votre commentaire
  • Historiquement, l'Aloe Vera fut utilisé pour améliorer la cicatrisation des brûlures. Une méta-analyse a été faite des 4 études contrôlées contre placebo, totalisant 371 patients : le temps de cicatrisation dans le groupe aloe Vera était plus court de 9 jours sur le groupe contrôle (placebo) avec un p<0,006 c'est-à-dire un résultat hautement significatif et indiscutable.

     

    Propriétés de la pulpe d'Aloe Vera

    Une étude allemande récente, contrôlée contre placebo, a démontré sur des irradiations UVB (telles que celles du soleil) que le gel d'Aloe Vera était supérieur au placebo de contrôle auquel était ajoutée l'hypodrocortisone (corticoïde) en topique.

    L'efficacité la plus remarquable de la pulpe d'Aloe Vera est certainement sur le tractus digestif. Il aide à la digestion, à la protection et cicatrisation des ulcères de l'estomac mais au-delà, son efficacité anti-inflammatoire en fait un des traitements les plus performants, notamment en raison de l'absence d'effets secondaires, dans les colites ulcéreuses dites aussi  rectocolites hémorragiques. L'Aloe Vera est efficace et dénué d'effets secondaires dans ces syndromes inflammatoires digestifs graves.

    Pour revenir aux affections cutanées, les études positives sur le lichen plan oral et vulvaire, affection dermatologique souvent d'ordre immunitaire, confirment un des caractères modulateurs de l'immunité de l'Aloe Vera.

    Certains effets anticancéreux de l'Aloe Vera ont été démontrés chez la souris mais le produit ne doit jamais être  utilisé dans ce contexte.

    Des effets modérateurs du diabète de type II ont également  été prouvée mais  l'Aloe Vera ne doit pas être utilisé comme anti-diabétique car les effets sont trop inconstants et difficilement gérables.

    En outre le tonus et la forme, paramètres difficilement quantifiables scientifiquement, sont très souvent améliorés par l'Aloe Vera et là, les consommateurs du produits en sont les meilleurs témoins.

     

    Source : Les essentiels Forever Mars 2009


    3 commentaires
  • Notre dernière histoire en est une que je répète sans présenter d'excuses. Vu le profond impact qu'elle a eu sur de  de nombreuses vies et comme elle résume à quel point l'aloe vera peut changer la vie de n'importe qui, je la raconte à nouveau ici.

    Elle concerne un conducteur de camion nommé W.R.Barefoot. Patron d'une entreprise indépendante de camionnage à l'extérieur de la ville de Johnson, au Kansas, Mr Barefoot avait conduit des camions toute sa vie. Après avoir dirigé son affaire pendant des années sans accident, W.R.Barefoot contracta ce qu'il nomme  encore "la maladie sans nom". Nous l'appelons ainsi parce qu'il avait été examiné par les légions de médecins et qu'aucun ne put jamais poser un diagnostic adéquat.

    Cela commença par une douleur désagréable et prolongée dans un genoux et ses jambes, qui présentait tous les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde. En fait, c'était ce que les médecins avaient diagnostiqué et, pendant un certain  temps, on lui donna diverses prescriptions usuelles pour ce type de maladie. Avec le temps, rien n'avait agi. Son état empira et prit soudainement une sinistre tournure. Que  ce soit une réaction complexe à  ses médicaments ou une aggravation de son état lui-même, W.R.Barefoot vit bientôt des tâches hideuses apparaître chaque  fois qu'il se cognait, même par hasard. Ces tâches allaient vite se transformer en abcès suintants et douloureux.

    Cet état omniprésent et débilitant persista pendant des années, jusqu'à ce que tout contact avec la peau des extrémités de M. Barefoot provoque des saignements, une infection et la suppuration des tissus.

    Vers la fin de 1977, son état avait dégénéré à tel point que plusieurs médecins pensaient que la vie de cet homme était en danger. Et au moins un médecin avait recommandé l'amputation des deux jambes comme seule solution pour peut-être sauver sa vie.

    Vers la fin de l'automne 1978, deux autres médecins diagnostiquèrent une vascularite (ou angéite), autrement dit une inflammation des vaisseaux sanguins. Mais cela ne semblait concerner qu'une partie des nombreuses pathologies que W.R.Barefoot était forcé d'endurer au quotidien. A ce stade-là, sont état physique avait dégénéré à tel point qu'il souffrait d'hémorragies fréquentes et qu'il était en grave danger de mort.

    Capables de déterminer que ses globules rouges se reproduisaient trop lentement, ses médecins drainaient son sang un demi-litre à la fois. Ils le remplaçaient  par du sang renforcé au moyen de nouveaux globules rouges qu'ils injectaient de nouveau dans son système circulatoire.

    Cela permit, du moins temporairement, de contenir les hémorragies. On l'envoya par avion dans un centre spécial d'immunologie à Denver, dans le Colorado, où il fut examiné par une équipe de spécialistes des quatre coins du globe. Bien que cette équipe d'immunologues convinrent ensemble qu'il ne s'agissait pas d'une vascularite, ils n'arrivèrent pas à se mettre d'accord sur rien d'autres. En fait, aucun d'entre eux, alors que certains étaient d'émérites diagnostiqueurs, n'avaient jamais vu une maladie comme celle-là. Ainsi, toutes les tentatives pour traiter le syndrome finissaient par être l'équivalent médical de la Tour de Babel.

    En fait , ils envoyèrent pratiquement l'homme chez lui pour y mourir en lui demandant de leur faire savoir s'il trouvait quoi que ce soit.

    Laissé dans une impasse quant  à son diagnostic et avec peu d'espoir de récupération, le chauffeur accablé par sa situation reçut finalement une lueur  d'espoir. Il rencontra une distributrice qui avait travaillé avec notre Aloe Vera stabilisé et qui lui relata les innombrables récits  dans lesquels la plante avait aidé tant d'autres personnes avec des syndromes qui avaient également semblé impossibles à traiter. Elle l'informa que notre aloès n'avait aucune toxicité relative. Aussi pouvait-il en prendre autant que nécessaire et cela sans prescription médicale.

    Nous étions à une semaine de Thanksgiving (Fête de l'Action de grâce, Fête religieuse célébrée le deuxième lundi d'octobre au Canada et le quatrième jeudi de novembre aux Etats-Unis pour remercier Dieu de la récolte) en 1978. Désespéré, W.R.Barefoot était disposé à tout essayer, si bien qu'il commença à boire des doses modérées de notre gel à boire à l'Aloe Vera (pas plus d'un dl par jour) et poursuivit cette thérapie religieusement . En l'espace de six semaines, toutes ses lésions étaient soit guéries, soit à un stade avancé de guérison, et il ne restait que quelques traces de cette maladie mystérieuse autrefois omniprésente.

    Au mois de mai suivant, M. Barefoot était suffisamment convaincu qu'il avait été guéri pour appeler ses médecins  et les informer qu'il avait complètement récupéré, et cela grâce à l'Aloe Vera.

    Les médecins incrédules informèrent immédiatement l'homme qu'il venait de vivre ce qu'on nomme médicalement une "rémission spontanée". A cette époque, les professionnels de la santé avaient encore des connaissances moyenâgeuses sur l'Aloe Vera. La réaction était  donc compréhensible, quoique lamentable.

    W.R.Barefoot n'avait pas besoin d'être convaincu, mais l'équipe de médecins, elle, oui. Aussi lui demandèrent-ils ce qui pourrait sembler indicible.

    D'abord, son médecin principal de Denver, au Colorado, lui fit une demande.

    "M . Barefoot, je veux vous voir, ainsi que le produit et l'homme qui le fabrique, à Denver, au plus tôt. Est-ce possible ?"

    Nous acceptâmes tous deux d'y aller et, le jour suivant , je rencontrai W.R Barefoot dans le bureau de son médecin. Après avoir passé en revue les informations que je lui avais apportées et après et après nous avoir parlé, le médecin restait encore sceptique. Pour répondre à cela, M. Barefoot lui-même lui lança un défi.

    "Docteur, que devons-nous faire pour vous prouver que cela marche ?" demanda-t-il.

    A cela le médecin lui donna une réponse qui fit froid dans le dos.  "Je veux que vous cessiez de prendre ce produit"

    M.Barefoot ne put répondre à cela que par une expression spontanée d'incrédulité. "Docteur, lui rappela-t-il. Il n'y a pas si longtemps deux étages au-dessus, vous étiez à une heure  de me couper les deux jambes. Vous réalisez ce que vous me demandez ?"

    "Je sais que c'est beaucoup, reconnut le médecin. Mais nous avons trois autres personnes dans le même état [incurable]. Si vous acceptiez de faire cela pour nous, vous pourriez sauver des vies."

    "D'accord, je vais le faire, accepta M. Barefoot à une condition. Si vous me promettez que dès que je recommencerai à saigner, la première chose que je ferai est de boire ce gel."

    A titre de testament de son courage et de son humanité, et pour assouvir le scepticisme professionnel de ses médecins, M. Barefoot accepta d'arrêter de boire le gel à l'Aloe Vera pendant une période déterminée. Et, comme nous nous y attendions, ses symptômes voraces réapparurent en quelques jours à peine. Malheureusement , ils le firent au pire moment, car M. Barefoot était à nouveau sur les routes avec son camion. Heureusement, le camionneur avait eu la présence d'esprit de prendre deux bouteilles de gel à l'Aloe Vera qu'il commença à boire à grandes gorgées, au moins pour stabiliser son état, et être en mesure de prendre un avion et de se rendre à la clinique de Denver pour des examens.

    Après l'avoir examiné, remarqué la force avec laquelle ses symptômes étaient réapparus et avoir écouté comment - une fois encore - l'aloe Vera avait réussi à le soulager même légèrement, ses médecins lui dirent de reprendre le gel d'Aloe Vera. A la vitesse de la lumière, presque, M. Barefoot retrouva à nouveau son état de rémission. Tous ses symptômes avaient disparu. M. Barefoot était à nouveau sur la voie de la guérison. Entre-temps, il avait aidé d'autres victimes de ce syndrome vicieux à trouver un soulagement  et un regain d'espoir.

    Rétrospectivement, il y avait eu peu de doute que ce vicieux syndrome dont W.R. Barefoot avait souffert était une sorte de maladie auto-immune. C'est certainement une maladie qui, nous l'espérons, ne réapparaîtra jamais nulle part ailleurs dans le monde. Mais si elle le faisait, nous avons un remède qui la traitera tant localement que systémiquement. C'est une combinaison que l'aloès offre qu'aucun autre traitement à lui seul ne peut égaler.

     

    Source : Extrait du livre du Dr Bill Coats : Aloe Vera , le nouveau millénaire, p205-208


    votre commentaire
  • Mon expérience avec le Gel d'Aloe Vera

     

    Depuis environ 5 ans je souffre de différentes allergies qui se sont transformées en asthme.

    Après avoir pris pendant 3 jours seulement chaque jour 90 ml, mon allergie aux poils de chats a complètement disparue ; j'ai pris des chats dans mes bras et les ai caressés, aucune réaction allergique,  de même  pendant nos vacances en Bavière j'ai pu faire des choses qui n'étaient pas possible avant : promenades en forêt, marcher dans l'herbe fraîchement tondue et dans des champs de fleurs. C'est fantastique, je n'ai  plus aucune allergie au pollen de plantes ou de fleurs.

    Je prends la quantité recommandé par LR : 3 fois 30 ml par jour.

     

    Stuttgart, le 27/08/2002

     

    Source : La reine des plantes médicinales, lettres d'expériences

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires