• Intervention du Docteur Peter Atherton le 12 mars 2005

    Peter Atherton a été praticien généraliste durant 20 ans, puis il s'est entièrement consacré à la recherche, principalement à l'université d'Oxford, sur les effets thérapeutiques de l'Aloe  Vera. Il est également consultant pour FLP Angleterre, et a écrit de nombreux ouvrages sur l'Aloès.

     

    "Je voudrais vous parler de ma première expérience avec l'Aloe Vera, il y a dix ans, celle  qui m'a permis de croire dans les vertus de cette plante.

    J'ai la chance d'avoir une femme qui est passionnée de cuisine. Pour cela, nous nous sommes équipés d'une cuisinière de type semi-professionnel. La porte du four de cette cuisinière est particulièrement épaisse, et lorsque vous l'ouvrez, la partie interne est extrêmement chaude.

    A cause de cela, la société qui distribue cette cuisinière fournit des gants de protection thermique qui ont  de très long manchons pour protéger tout l'avant-bras. Malheureusement,  à la maison, ces gants ne sont jamais là où il le faudrait, alors ma femme  utilise ce qu'elle se trouve sous la main, et rentre son bras dans le four, sans véritable protection, et très souvent elle se brûle le dos de la main, à tel point qu'à présent, sa main est couverte de brûlures. J'aurais dû vous l'amener pour vous les montrer, vous auriez vu comme c'est impressionnant. Or,  partout dans le monde, l'Aloe Vera est appelée la plante des brûlures. Alors j'ai acheté de l'Aloe First, c'est le spray des premiers secours, et j'ai dit à ma femme : "la prochaine fois que tu te brûles, ne mets pas ta main sous l'eau froide, mais mets-y plutôt du First".  Elle a accepté, même si elle est d'un naturel plutôt réticent pour les nouvelles expériences. Et puis, j'ai attendu la prochaine brûlure.

    J'ai eu beaucoup de chance, j'ai entendu un cri, je savais ce que ça voulait dire, alors j'ai couru avec mon vaporisateur à la main, j'ai enlevé sa main d'en dessous de l'eau et j'ai dit  : "non, non…", et j'ai pulvérisé du First sur sa brûlure. Elle m'a dit : "Dis -moi ce qui se passe, c'est incroyable". Je lui ai demandé : "qu'est ce qui est incroyable?", elle m'a répondu : "c'est parti instantanément". Alors, j'ai remis du First sur sa brûlure et après le dîner, j'y ai mis de la Gelée, puis 3 fois par jour, et j'ai observé les résultats. Et qu'est ce qui s'est passé ? La cicatrice s'est refermée très rapidement, en un tiers du temps par rapport à d'habitude, et cela sans douleur, ce qui nous a impressionné.

    Depuis, elle ne prend toujours pas de gants spéciaux de protection pour sortir les plats du four, alors elle se brûle, et ensuite elle met de l'Aloe Vera… (applaudissements)

     

    Cette expérience m'a permis de croire en l'Aloès, j'ai pu vérifier que ça n'était pas quelque chose de "magique", mais bien une plante médicinale.

    Je vais vous présenter une série de diapositives, vous montrant les différents composants de l'Aloe Vera que certains d'entre vous connaissent peut-être déjà, et leurs applications chimiques.

    Vous verrez certaines applications cliniques du véritable Aloe Vera, l'Aloe Barbadensis Miller, cette plante qui apporte tant. Il y a 350 espèces d'Aloès dans le monde, mais seulement 5 ont des qualités médicinales.

     

    Pourquoi cette plante apporte-t-elle autant de bienfaits ?

     

    C'est une plante qui peut retenir l'eau pendant plusieurs mois durant, elle a besoin de cette propriété, car elle vit dans des endroits où il ne pleut que très peu, mais où le sol est riche en minéraux, et elle a peu  d'ennemis. Elle se reproduit de deux façon : une façon sexuée et une façon asexuée, en créant d'autres plantes au niveau de ses racines. De nouvelles plantes qui naîtront à partir de la plante mère.

     

    Si on effectue une coupe transversale de la feuille  de l'Aloe Vera, on distingue, l'écorce, puis la sève et enfin le mucilage.

    La sève est reconnue par les médecins pour ses qualités laxatives qui évacuent les parasites intestinaux. Cette sève est très amère, les femmes de l'ancienne Egypte en mettaient sur le bout de leur seins lorsqu'elles voulaient sevrer leur bébé. Le petit prenait le sein et de suite  recrachait la substance amère. Après cela, il ne rechignait plus à passer à l'alimentation solide (rires).

     

     Sous cette couche de sève se trouve le mucilage qui contient des polysaccharides et en dessous, vous avez le gel qui est le réservoir d'eau de la plante, avec des vitamines et des minéraux (Peter  Atherton montre une diapositive présentant des images des phases d'extraction des différentes parties de la plante). Voici le gel qui goutte avec le mucilage, on vous le laisse goûter tel quel lorsque vous allez aux Etats-Unis.

     

    Maintenant, voyons ce qui se trouve dans 1,5 % des ingrédients contenus dans la plante, voici  les principaux  :  acides aminés, 19 des 20 dont le corps à besoin, des vitamines A, C et E, des vitamines anti-oxydantes.  Il n'y a pas de vitamine D. Elle riche en minéraux : sodium, potassium, zinc, fer, chrome … pas de sélénium. Il y a également  deux espèces d'enzymes, digestifs et anti-inflammatoires : acides salicylique, comme l'aspirine, et le lignite, substance très importante pour nos produits utilisés en applications  externes, car ce qui permet à l'aloès de pénétrer en profondeur dans la peau, et la saponite qui tue les microbes, et les stérols végétales qui sont des substances anti-inflammatoires. Voilà un cocktail de substances qui travaillent en équipe. Et cette synergie qui se produit permet d'obtenir des effets supérieurs à ceux que chaque élément pourrait offrir séparément. Voilà le pouvoir de l'aloès. L'équipe fonctionne toujours beaucoup mieux que la somme d'individus pris séparément.

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :